Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

De l’ébriété à la sobriété dans le bistrot de la république : L’ivrognerie politique a de beaux jours devant elle !

Posté par: Haj Malick NDOYE| Lundi 25 août, 2014 01:57  | Consulté 2613 fois  |  5 Réactions  |   

« Nous devons tous remercier Marième Faye. C’est grâce à elle que nous sommes dans le gouvernement ».     « Macky Sall est le virus Ebola du Sénégal. »

Décidément on s’enivre de tous les sens. Il n y’a que des politiciens sénégalais dans leurs folies innombrables, prêts à se damner pour rester dans les petits papiers du prince, ou aveuglé par leur brûlante démangeaison d’accéder au pouvoir dare-dare, qui osent de tels dérapages ! J’allais dire de telles ivrogneries ! Le régime d’Abdoulaye Wade a été perdu par le feu d’artifice de scandales politico financiers, et boulettes puantes qui ont jalonné le règne du vieux politicien. Wade le risque tout, a créé, de toutes pièces, des nababs aux richesses flamboyantes ! Il a allumé de folles convoitises dans la tête de politiciens à la ramasse qui, aujourd’hui, polluent le débat public avec leurs énormités et obscénités insupportables. La bourde la plus détonante fut sans nul doute « Ma Waxone Waxëëte. ». Nous le savons tous, cette bévue fatale aura poursuivi son auteur, comme une malédiction, jusqu’au cimetière politique, d’où il tente aujourd’hui, une palingénésie désespérée et impossible. Les hommes politiques qui ne comprennent pas que leurs allégations, pourraient avoir de dangereuses conséquences sont, tout net, aventuriers compliqués de gribouilles. Ils n’ont rien à faire dans les cercles du pouvoir. Même si on ne doit pas obéir à l’agenda de la meute d’ergoteurs qui canardent tous les actes du chef de l’état, on doit se débarrasser du Gribouille. Le soldat grièvement blessé, qui entrave l’avancée du commando, est tout simplement exécuté. Il est vrai par ailleurs qu’il n y’a pas de tirs de barrage du camp présidentiel pour tenir en respect une opposition plus riche que Crésus, déterminée à en découdre avec des lieutenants de Macky Sall plus fauchés que des rats d’église !

« Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami,

                        Mieux vaudrait un sage ennemi.»

Nous partageons cette philosophie de Jean La Fontaine.

« Macky Sall est le virus Ebola du Sénégal. »

Nous doutons, en revanche, de la bonne sagesse de ces propos abjects, dignes d’un patron de bistrot, sortis de la bouche du « soleil » auto proclamé, de la classe politique sénégalaise. Etait-il vraiment obligé d’en arriver à ces injures sanglantes, faites avant tout, à l’intelligence des 65% de Sénégalais qui ont élu ce président, il y a tout juste un peu plus de deux ans ?  Alors qu’il y a mille manières, et infiniment plus de légitimité à engager un débat sur les politiques du chef de l’état et les conséquences qu’elles sont susceptibles d’avoir dans nos vies quotidiennes. Etre chef de l’opposition dans ce Sénégal où la culture démocratique du peuple n’est plus à démontrer, c’est avoir des idées grandes, justes et fécondes et s’efforcer inlassablement à convaincre les électeurs qu’elles constituent une alternative à ce qui est proposé par le pouvoir. C’est ce que Macky Sall a fait en faisant plusieurs fois le tour du Sénégal et de la Diaspora. Mais ce n’est certainement pas en faisant la noria entre Obélisque et l’Indépendance qu’on gagne le suffrage des Sénégalais. Le mackybashing honteux, la grandiloquence, les versets coraniques et maintenant les injures publiques pour faire partir Macky Sall ? Curieux cocktails !

On n’est pas obligé d’aimer Macky Sall pour avoir envie de défendre l’Institution présidentielle qu’il incarne aujourd’hui et qui lui survivra demain. Un homme qui prétend à la magistrature suprême de notre pays peut-il verser dans l’injure publique et qualifier le chef de l’état d’infection mortelle ? L’écrasante majorité des Sénégalais respectueux et respectables désapprouvent l’abjection, l’ignominie de ces propos injurieux et l’indignité de cette pensée fielleuse. Voilà un homme qui se dit né pour être président. Le seul job qu’il dit pouvoir faire, c’est le job de président de la République. Excusez le peu ! Il s’est même autoproclamé 4eme Président (Idy4 Président) ! Quand la souveraineté populaire en a décidé autrement, il continue quand même de croire que les Sénégalais se sont trompés, que Macky Sall est un président par défaut, un usurpateur qui lui a ravi sa place. Ah ! la démangeaison quand tu nous tiens ! L’opposition a vocation à critiquer vivement la vision du chef de l’état et l’action gouvernementale. Elle n’est  pas pour autant exonérée de l’obligation d’équilibre et de mesure dans ces prises de position. Macky Sall n’a jamais tenu des propos désobligeants à l’endroit d’un leader de l’échiquier politique. Quand il était dans l’opposition, à fortiori aujourd’hui quand il est devenu chef de l’état.

Manifestement, il y a une folle et audacieuse entreprise de déstabilisation du régime de Macky Sall ! D’éminents esprits qui, sous une apparence de sang-froid et d’impartialité dissimulent mal de pénibles rancœurs. Leurs pensées ordinairement si froides et si éclairantes semblent subitement assombries par un nuage incandescent de haine, une sorte de ressentiment farouche et brûlant. Dorénavant, ils regardent comme une bonne fortune, l’opportunité de jeter un discrédit brutal sur tout ce qu’entreprend le chef de l’état. De lamentables cassandres entrevoient même le départ de Macky avant 2017. On a l’impression que le soldat Macky, sa philosophie sobre et vertueuse en bandoulière, est seul dans son œuvre de redressement du pays et de construction d’un état de droit moderne. L’espace médiatique est littéralement occupé par une opposition qui passe le plus clair de son temps à dégoupiller des grenades sociales et procéder à la récupération politicienne.

Vivement que la sérénité reviennent dans les esprits. Le Sénégal est une démocratie majeure. Le calendrier républicain est inexorable. Le Peuple n’a pas besoin de loupes politiciennes pour observer la bonne marche ou la régression du pays le.

Veillez excuser la vivacité de notre parole. C’est notre révolte et  notre indignation qui nous ont emportés malgré nous. Nous sommes des militants-cerbères, à la fois passionnés et lucides, outrés par cette épidémie de langues qui se délient.

Ass Malick NDOYE

Responsable APR, Commune de Fass, Gueule Tapée, Colobane

 L'auteur  Haj Malick NDOYE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (5)  Certains commentaires sont en cours de validation...

Ajouter un commentaire

 
 
Haj Malick NDOYE
Blog crée le 10/02/2012 Visité 137991 fois 31 Articles 3049 Commentaires 10 Abonnés

Posts recents
Dakar : une victoire à la Pyrrhus !
Nos inquiétudes au Président de la coalition Benno Bokk Yakaar
Dilemme de la demande sociale, face à la demande militante ! En cette veille d’élections !
La dénormalisation de l’impunité face à la stratégie de victimisation !
Parité ou pari politicien ? Et si le controversé Me Buzz avait raison ?
Commentaires recents
Les plus populaires