Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Du prestigieux piédestal UCAD au Gouffre UGAD!

Posté par: Haj Malick NDOYE| Vendredi 14 septembre, 2012 08:21  | Consulté 4853 fois  |  34 Réactions  |   

Pourquoi feindre de ne pas voir la colonne de fumée qui s’élève là-bas du gouffre UCAD ? Pourquoi ne pas aller voir de plus près s’il s’agit d’un signal de détresse ou d’un périlleux départ de feu ? Pourquoi faire semblant de ne pas subodorer les effluves nauséabonds qui s’échappent de l’UGAD (Usine à Gaz de Dakar)? Pourquoi l’establishment n’envoie plus sa progéniture dans ce sinistre endroit ? L’UCAD est devenue  pandémonium tout net !

Les franchises universitaires peuvent elles servir de rempart à la chienlit ou au Far West?

J’accuse les gouvernants qui se sont succédé au pouvoir et qui, toute honte bue, ont usé de la stratégie de l’évitement et de la procrastination pour se dérober ; J’accuse l’intelligentsia et la caste élitaire pour son silence coupable, voire son indifférence infamante ;  J’accuse les suffisants tenants du prêt à penser et les directeurs de conscience prompts à délivrer capucinades et prêchi-prêcha, pour leurs faux-fuyants ; J’accuse les étudiants qui ont pris un ticket pour « panthéon-sorbonne » et qui se sont brutalement retrouvés dans un interlope et semblent s’y complaire.

Nous avons tous une part de responsabilité dans ce terrible scandale de l’UCAD. Les uns pour ne pas avoir suffisamment multiplié avertisseurs sonores et mobilisé, pour juguler la tumeur qui progresse. Les autres pour avoir tout simplement failli d’agir. Par lâcheté ou par irresponsabilité ? Dieu seul le sait !

«L’oppression se nourrit du silence » disait François Mitterrand, et Martin Luther King d’ajouter que « Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants, c’est l’indifférence des bons ». Cette religion que ces deux éminentes personnalités se sont fait de l’oppression est valable pour toute forme d’injustice ou de scandale à dénoncer. Alors pourquoi se taire et faire semblant de ne pas voir cet antre monstrueux, qui chaque année avale nos enfants avant de les régurgiter, métamorphosés en drôles de diplômés aux qualifications douteuses. Demander à certains licenciés de l’UGAD d’analyser, dans un bon français, un sujet d’actualité! Le désappointement sera brutal.  Ils viennent tout simplement grossir les rangs de chômeurs et glandouilleurs, véritable cauchemar des décideurs politiques clairvoyants !

Bienvenu dans l’enfer de l’UCAD !

Jadis lumineux temple du savoir, ce gouffre est devenu le haut lieu du prosélytisme religieux et confrérique, d’initiation à la débrouillardise et à l’activisme politico syndical. Des barbus aux tuniques courtes y mènent tranquillement leurs activités religieuses et accueillent parfois d’autres barbus, venus de contrées lointaines, peut être en mission commandée. La mosquée qu’ils tiennent dans les entrailles de l’UGAD est boycottée par les adeptes de certaines confréries pour des raisons absconses. Toutes les confréries et leurs subdivisions sont représentées dans la favela UCAD ! Et si les chrétiens, il est vrai, minoritaires avaient rejoint cette mélasse infernale ? Tous les soirs, particulièrement dans les nuits de jeudi à vendredi, on peut entendre des chants confrériques psalmodiés depuis les pavillons où résident, sans doute, des étudiants bûcheurs qui se seraient bien passé de ce tapage nocturne, inadmissible dans un espace universitaire ! Mais la promiscuité innommable dans les chambres des pavillons décrépits et insalubres est encore plus périlleuse que ces sérénades qui,  peut-être, sont une thérapie contre la misère brutale et agissante qui sévit dans le campus! Plus besoin de se rendre dans les quartiers malfamés pour se payer un joint ou une petite gâterie ! On trouve tout dans un gouffre. Ah ! Le moment tant attendu de l’installation des Amicales ! Des petits gavroches qui forçaient le respect et l’admiration pour leur ingéniosité adaptative, se transforment subitement en loubars et pitbulls qui se promènent avec gourdins et machettes, prêts à s’étriper.

Les enjeux qui ont mis le feu dans la tête de ces pensionnaires du gouffre sont trop importants ! On s’y castagne, on y coupe des bras. Va-t-on attendre qu’on y coupe des têtes pour s’en offusquer et intervenir? La culture du médecin après la mort a de beaux jours devant elle dans ce pays ! D’éminents professeurs ayant construit la réputation glorieuse de cette Institution qui a façonné tant d’élites africaines, sont visiblement déroutés par cette équation à plusieurs inconnues. Effarouchés par les perspectives cauchemardesques, les uns après les autres, ils ont mis la voile discrètement vers des horizons plus propices à la diffusion de leurs savoirs. Ceux qui sont restés, faute de pouvoir partir ou par patriotisme, succombent parfois à la provocation de quelques frelons ou caïds en herbe qui pourrissent les amphis. Ils boycottent alors les cours et font ainsi dans la punition collective : un non-sens éducatif désastreux et scandaleux !  

Non contents d’avoir failli à leurs immenses responsabilités de garantir les conditions d’un enseignement supérieur de qualité, comme pour en rajouter une couche, les pouvoirs publics dans leur folie politicienne, ont toujours nommé Directeurs et Recteurs, j’allais dire prédateurs au cœur sec, davantage soucieux de se servir que de servir l’Institution. Dans quelle démocratie au monde nomme-t-on encore Présidents, Directeurs ou Recteurs d’Universités? La gestion désastreuse d’Ex Prédateurs du COUD, a été récemment épinglé par un rapport affligeant de la Cour des Comptes !

Le nombre pléthorique d’étudiants qui dépasse largement la capacité d’accueil de l’université, La dégradation des infrastructures et du milieu d’apprentissage, l’exode continu des cerveaux, le déclin de la recherche et l’amplification des conflits entre étudiants, syndicats des enseignants, syndicats des personnels et les pouvoirs publics ont aujourd’hui atteint leur paroxysme et remettent en cause sérieusement l’ensemble des dispositifs fonctionnels.

5000 ou 10000 CFA comme frais de scolarité, 18000 ou 36000 CFA comme Bourse d’étude dans ce monde d’aujourd’hui ! Quelle aberration quand on aspire à un enseignement supérieur en phase avec les exigences du monde moderne. « Quand on paye des cacahuètes, on ne peut avoir que des singes comme main d’œuvre » proclame le dicton anglais ! Les universités ivoiriennes étaient gangrenées par les mêmes chancres et cancers, la guerre a servi d’opportunité aux autorités pour les restructurer. Aujourd’hui elles ont été rénovées à l’image des grandes universités qui offrent un cadre d’étude agréable et propice à l’éclosion des talents. Les frais de scolarité ont été revus à la hausse. Quelle opportunité attendent encore nos pouvoirs publics pour crever l’abcès ? Que Dieu éloigne de nous celle ivoirienne !

La rupture chantée et tant attendue par l’immense majorité des sénégalais est, sans doute, dans la capacité et l’intelligence de répondre favorablement aux exigences populaires qui font l’unanimité. Mais elle est aussi dans le courage et l’audace de prendre des décisions politiques impopulaires mais justes et impératives ! 21 milliards de bourses et  d’aides à des étudiants qui vont sortir de l’université avec des formations bancales et totalement inadaptées aux attentes des entreprises pourvoyeuses de job ? C’est un terrible gâchis ! La gestion rationnelle vertueuse et sobre de nos maigres ressources est également attendue dans ce secteur ultra sensible mais primordial pour le développement durable d’une grande nation.

Derviches fanatisés, Gavroches sanguinaires et voyous au col blanc, n’ont rien à faire dans un lieu d’élaboration et de transmission du savoir, des valeurs laïques et républicaines.

La fresque d’un gouffre n’est jamais complète. Il faut agir ! « Le changement c’est maintenant » comme dirait le Président normal.

Ass Malick NDOYE

Chargé de Communication de L’APR (Fass Gueule Tapée Colobane)

malickndy@yahoo.com


 L'auteur  Haj Malick NDOYE
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (34)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Dj En Septembre, 2012 (10:58 AM) 0 FansN°:1
vous fantasmer sur une certaine intelligence qui n'existe même pas! la France vous a filée cette sorte d'élitisme perpétuée pas des universités vétustes et est, elle même entrain de réformer ses erreurs!

le problème de ces établissements, c'est qu'ils forment en réalité des suffisants, des paresseux, des beaux parleurs...qui se disent intellectuels parce qu'ils ne veulent pas se salir les mains!
Maalik Savane En Septembre, 2012 (11:52 AM) 0 FansN°:2
Quelle leçon! TRES LARGE DIFFUSION!!! A IMPRIMER, PHOTOCOPIER ET DISTRIBUER DANS LES RUES DE DAKAR!!!

Bient dit et fort bien écrit Haaj Malick!

Espérons que quelques bonnes oreilles de décideurs et d'acteurs joueront leurs partitions!!
Maalik Savane En Septembre, 2012 (15:18 PM)0 FansN°: 344807
Quelle leçon! TRES LARGE DIFFUSION!!! A IMPRIMER, PHOTOCOPIER ET DISTRIBUER DANS LES RUES DE DAKAR!!!

Bien dit et fort bien écrit Haaj Malick!

Espérons que quelques bonnes oreilles de décideurs et d'acteurs joueront leurs partitions!!
Don laye En Septembre, 2012 (11:55 AM) 0 FansN°:3
Il faudra ouvrir les yeux et faire un etat des lieux des types de diplomes sortis ces cinq dernieres annees. Le % de litteraires, % de scientifiques, etc. Ensuite poser le probleme des offres d'emplois. Enfin passer a la qualite des demandeurs d'emploi. Le gouvernement et la societe civile ont l'obligation d'eclairer le peuple qui apres avoir compris sera plus enclin a cautionner toute mesure de redressement.
Anonyme En Septembre, 2012 (15:17 PM)0 FansN°: 344806
Completement...a la lecture de cet article, j'ai recu comme une gifle qui m'a reveillee. Reveillee d'un demi-sommeil qui dure depuis qu'une matinee, en juillet 2007, je me suis retrouvee par hasard devant l'Universite Cheikh Anta Diop d'ou je voyais sortir des barbus avec des boubous courts et des filles voilees integrales et qui arrivaient peut etre a vous voir a travers un tissu grillage...j'ai pose des questions autour de moi et j'ai fini par comprendre que les gens que je venais de voir etaient les etudiants de l'Universite. Depuis ce fameux jour, POINT D'INTERROGATION. Nous sommes tous interpelles. Agissons.
Anonyme En Septembre, 2012 (13:38 PM) 0 FansN°:4
Je m'attriste, sans m'en étonner, de voir si peu de commentaires sur cet article si bien écrit tant dans la forme que dans le fonds. Merci beaucoup
Abib En Septembre, 2012 (13:47 PM) 0 FansN°:5
vous avez peind sans complaisance la situation de l'ucad.Maintenant la balle est dans le camp des pouvoirs publiques et il est temps qu'ils prennent les decisions appropriées pour ASSAINIR cette université seul moyen de lui redonner son lustre passé
Pape En Septembre, 2012 (16:25 PM) 0 FansN°:6
ndoye,vous venez de décrire la situation catastrophik qui prévaut a l'ucad
les autorités doivent réagir maintenant comme cé le nop(nouvel ordre de priorité)et l'ucad doit étre une surpriorité car sa mission est de former les dirigeants de demain
félicitations ndoyeet bonne continuation
Etudiant-scespo-ucad En Septembre, 2012 (21:49 PM) 0 FansN°:7
Excellent!! Beaucoup ont écris sur la situation de l'ucad mais j’avoue que votre texte est de loin le meilleur tant sur la forme que dans le fond.vous avez fait une analyse sans complaisance des problèmes que rencontres l'ucad et cela peut servir d'extrapolation pour toutes les universités sénégalaise. Cependant une chose est de dénoncer la situation qui sévit dans nos universités une autre est de lutter pour son amélioration. Le mal a été diagnostiqué et on a beau informé l'opinion mais rien n'est encore fait, donc il est grand temps pour tous ceux qui se soucis du devenir de l'université républicaine de se mettre debout et de demander à haute voie que notre TEMPLE DU SAVOIR soit sauver de l’hécatombe qui frappe à sa porte. Un pays qui veut se développer doit fondamentalement investir dans l'éducation et la formation de ses jeunes gens. Mais ayons le courage de le dire, tous les bacheliers ne peuvent pas être orientés; tous les pensionnaires de l'ucad ne sont pas dignes d’être des Etudiants;les organisations identitaires n'ont pas leurs places à l'université; les amicales ne sont d'aucunes utilités pour les Etudiants? Par conséquent, s'indignons nous de cette hérésie et soyons,tant qu'il est temps, les défenseurs de l'Ecole Républicaine!!!
Anonyme En Septembre, 2012 (22:26 PM) 0 FansN°:8
Wow I hope they are listening!! Well said .
Anonyme En Septembre, 2012 (22:38 PM) 0 FansN°:9
DEMBA SOW FALL EST CE MBAKE MBAKE TRUAND IL AANDONNE SA FEMME LOUE DES VILLAS A THIES SANS JAMAIS PAYER EN SE COUVRANT DERRIERE DES MARABOUTS RENOMMES DEMBA SOW FALL EST A THIES IL CHANGE TOUJOURS DE LOOCATAIRE AVVES DES ARRIERES DE LOYER§
LAHAD MBACKE En Septembre, 2012 (22:40 PM) 0 FansN°:10
C VRAI DEMBASOW FALL EST A SURVEILLER IL NE SE PRESENTE JAMIS POOUR AVOIR LE BAIL IL ENVOIE DES BEUKNEG ET SIGNE LE CONTRAT C UN TRUAND
Anonyme En Septembre, 2012 (23:39 PM) 0 FansN°:11
Quel texte ! Quel français !
Normal que les commentateurs vulgaires de seneweb ne viennent pas polluer cet article. Car avoir envie de le lire jusqu'au bout et en comprendre le contenu et la profondeur est déjà signe d'une bonne éducation et donc d'un esprit constructif. Je félicite son auteur pour ce travail. Car produire un texte de cette qualité de ne fait pas sans une réflexion profonde. Les journalistes de seneweb devraient y voir une leçon pour améliorer la qualité des textes qu'ils nous servent à longueur de journée.
Anonyme En Septembre, 2012 (00:08 AM) 0 FansN°:12
texte digne DE ZOLA qui appuye la ou ca fait mal,le mal remonte de loin,avec les greves cycliques des annees 80 et la mise en mal de l'engagement de l'etat en matiere d'education,l'etat diouf oblige d'appliquer les recettes du fmi.crise aggravee comme vous le soulignez avec justesse,par la malfaisance wado-sicilienne,mais la these qui pointe:L'UNIVERSITE DE DAKAR EST UNE FABRIQUE DE CRETINS.ouzin.ba"tristes tropiques"
Anonyme En Septembre, 2012 (00:14 AM) 0 FansN°:13
Il est temps de faire un audit de l'UCAD. Il y a une gestion gabégique par les recteurs. L'actuel s'en fout complétement. Son seul souci: voyager au maximum avec des perdiems de 200.000 Francs par jour. Il est abscent 50% de l'année. Il va partout pour n'importe quoi. Lui aussi, après Kader Boye et Sall s'est fait prendre dans le piège du malicieux Diatara qui leur fait faire n'importe quoi. Dépenses injustifiables. Prete-noms. Factures fictives. Surfacturations. Fausses dépenses (ex: récemment 5 millions sortis pour un cocktail qui n'a jamais eu lieu lors de la visite du Ministre de l'enseignement supérieur, car en plein mois de Ramadan). Paiements corrupteurs d'heures supplémentaires à des profs qui, 4 mois de grève, n'avaient meme pas fait cours. Ces pratiques ont lieu depuis longtemps. Sall a pu ainsi construire sa superbe villa à Yoff. Lui au moins réflechissait, prenait des initiatives. Kader Boye a rééquipé sa maison. Et Diatara se construire un ...immeuble d'apparts...! Aucun recteur ne se plaint du nombre d'étudiants car 5% de CHAQUE INSCRIPTION est reversé au Rectorat et cela devient une caisse noire comme à la Présidence ou à l'assemblée. Sans aucun contrôle ou Rapport. Visitez le Campus et vous vomirez à cause de la saleté, promuiscuité, trafifs. Les membres des Bureaux d'Associations d'étudiants sous corrompus par tous les Recteurs.
Il faut que dorénavant les Recteurs soient élus par leurs pairs de l'Assemblée de l'UCAD et ne...
Toto En Septembre, 2012 (00:45 AM) 0 FansN°:14
Très bel article s'il en est.

Au Sénégal, on s'évertue à multiplier le nbre d'universités sans pour autant régler la question essentielle de l'adéquation entre les enseignements et les besoins du marché.

Ceux qui ont l'opportunité de fréquenter les universités et autres écoles privés tirent leur épingle du jeu.

Les autres, les diplômés des universités publiques qui représentent l'écrasante majorité, viennent grossir le lot des demandeurs d'emploi mal formés.

Le nouveau pouvoir aura-t-il le courage d'entamer des réformes courageuses qui s'imposent?
Alimata En Septembre, 2012 (19:15 PM) 0 FansN°:15
C'est triste!
Faire une enquete de moeurs avant de nommer les Recteurs. Ca ne me semble pas avoir ete fait! Dommage!
Egyptologue En Septembre, 2012 (19:26 PM) 0 FansN°:16
En réalité,l'université n'est que le prologement d'un système qui est pourri depuis la base et elle ne reflète que l'hyporcisie de cette société sénégalaise où tout le monde pense qu'il faut tricher pour arriver à ses fins. Coome vous l'avez si bien souligné, tous les gouvernements qui ce sont succédés au Sénégal ont échoué dans ce domaine. Mais ce qu'il faut savoir, ce que depuis la fin de la colonisation, nous sommes dirigés par une bourgeoisie qui ne dit pas son nom et dont le seul souci est de perpétuer sa position privilégiée. Comment voulez-vous que cette dernière ce préoccupe d'une école dont la réussite est synonyme de son déclin. Jamais! La preuve, les enfants de tous nos dirigeants et marabouts sont soient dans les écoles étrangères soient dans les grandes écoles privées du pays. Et pour confirmer cette idée, l'exemple le plus patent est le déroulement des examens scolaires de cette année. Comment un pays qui se respecte et soucieux de devenir de ses enfants peut les laisser faire des examens et obtenir des diplômes ou aller à l'université dans ces conditions? Pour nos gouvernants, ce n'est pas un problème. Politiquement c'est un point marqué, mais dans tous les cas ce sont des enfants des pauvres.
Comme l'a dit l'autre, une révolution ne vient jamais du sommet, parce que personne ne peut s'avanturer à scier la branche sur laquelle il s'est assis. Donc il faut une action citoyenne et un sursaut nationale pour forcer ces...
Citoyen En Septembre, 2012 (22:16 PM) 0 FansN°:17
Sauvons nos universités publiques du naufrage.

Malgré les moyens substantiels mis à la disposition de l'enseignement supérieur de notre pays, les résultats sont qualitativement et quantitativement loin des normes de l'UNESCO. Nos instituions d'enseignement supérieur ont surtout un problème de management (mal gouvernance, corruption, népotisme, dépenses de prestige, gestion solitaire en lieu et place de la gestion démocratique et légale, non respect des lois et des règlements, etc.) avec la complicité active ou passive de la communauté universitaire (avantages indus, intimidations, etc.), des autorités étatiques qui, jusqu'à présent, feignent de ne rien savoir (n'ont-ils pas les moyens de savoir ce qui se passe ?) pour éviter la confrontation avec ceux (les amis politiques !) qu'ils ont nommé à la tête de ses structures et qui agissent parfois comme des monarques en gérant la chose publique à leur guise.

Face à la démission de l’État, nos universités croulent sous le poids de dettes dues aux créanciers (banques, hôpitaux, Sonatel, Senelec, SDE, fournisseurs divers) et chaque corporation s'évertue de demander toujours plus pour « améliorer ses conditions d'existence » et parfois au détriment de la communauté. Ainsi donc, la crise est donc une conséquence logique de l'inaction de l’État.
En effet quand les dirigeants (nommés par les autorités) gèrent la chose publique en dehors des normes établies sans être inquiétés le...
Anonyme En Septembre, 2012 (22:17 PM) 0 FansN°:18
Sauvons nos universités publiques du naufrage

Malgré les moyens substantiels mis à la disposition de l'enseignement supérieur de notre pays, les résultats sont qualitativement et quantitativement loin des normes de l'UNESCO. Nos instituions d'enseignement supérieur ont surtout un problème de management (mal gouvernance, corruption, népotisme, dépenses de prestige, gestion solitaire en lieu et place de la gestion démocratique et légale, non respect des lois et des règlements, etc.) avec la complicité active ou passive de la communauté universitaire (avantages indus, intimidations, etc.), des autorités étatiques qui, jusqu'à présent, feignent de ne rien savoir (n'ont-ils pas les moyens de savoir ce qui se passe ?) pour éviter la confrontation avec ceux (les amis politiques !) qu'ils ont nommé à la tête de ses structures et qui agissent parfois comme des monarques en gérant la chose publique à leur guise.

Face à la démission de l’État, nos universités croulent sous le poids de dettes dues aux créanciers (banques, hôpitaux, Sonatel, Senelec, SDE, fournisseurs divers) et chaque corporation s'évertue de demander toujours plus pour « améliorer ses conditions d'existence » et parfois au détriment de la communauté. Ainsi donc, la crise est donc une conséquence logique de l'inaction de l’État.
En effet quand les dirigeants (nommés par les autorités) gèrent la chose publique en dehors des normes établies sans être inquiétés le...
Citoyen En Septembre, 2012 (22:24 PM) 0 FansN°:19
moindre du monde (pour ne pas dire promus à des stations plus juteuses), les syndicats demanderont des chosent hors normes et c'est le début du CHAOS. A l’État de faire l'état de la gestion de ceux qu'il a nommé, punir ceux qui se sont montrés indélicats et récompenser les autres, ensuite il serait facile de demander aux syndicalistes de faire preuve de mesure et enfin sévir dans le respect de la loi si de besoin. Il est temps de restaurer l’État de droit (et donc des devoirs) ; il est indispensable, avant toute promotion, d'étudier sérieusement la gestion présente et passée du pressenti.

L’État ne peut continuer à protéger et promouvoir ceux qui mettent à genoux nos institutions d'enseignement supérieur et jeter en pâture les syndicats. Je pense que les responsabilités sont partagées.

Des assises de l’Éducation avec ceux qui bloquent le système pour des raisons personnelles ou émotives ne serviraient à rien, je proposent des assises des anciens (Recteurs, Professeurs ou hauts cadres à la retraites) du système pour faire des propositions objectives. Il est souvent difficile d'être juge et parti.


Il n'est jamais trop trad pour bien faire un devoir citoyen.
Dialma santos En Septembre, 2012 (23:06 PM) 0 FansN°:20
Analyse pertinente mais n'est ce pas à l'image du pays ou un lutteur est mieux payé qu'un professeur d'université et un cheick plus vénéré que le prophète
Mandemory En Septembre, 2012 (01:38 AM) 0 FansN°:21
Article intéressant, par contre le style d'écriture est pompeux et un peu trop lourd. Pourquoi ne pas faire les choses simplement au lieu de vouloir mystifier les lecteurs.
Smithc633 En Juin, 2014 (22:34 PM) 0 FansN°:22
Because here is a list of multiplayer games is that the leave was asked dbkcbkbbkebaedfe
Smithd651 En Juillet, 2015 (15:01 PM) 0 FansN°:23
Hi there! Someone in my Myspace group shared this site with us so I came to give it a appear. Im definitely loving the details. Im bookmarking and will likely be tweeting this to my followers! Outstanding blog and great style and style. kkgdedgkcdekdgae
Pharma459 En Juillet, 2015 (05:04 AM) 0 FansN°:24
Very nice site! [url=http://oieapxy2.com/tyaaot/2.html]cheap goods[/url]
Pharma804 En Juillet, 2015 (10:33 AM) 0 FansN°:25
Very nice site! [url=http://oieapxy2.com/tyaaot/2.html]cheap goods[/url]
Pharmk876 En Juillet, 2015 (16:59 PM) 0 FansN°:26
Very nice site! cheap goods http://ypxaieo2.com/ooovvry/4.html
Pharma839 En Juillet, 2015 (05:14 AM) 0 FansN°:27
Very nice site! cheap goods http://oixypea2.com/oxovvrr/4.html
Pharmc474 En Juillet, 2015 (05:15 AM) 0 FansN°:28
Very nice site!
Pharmg76 En Juillet, 2015 (11:12 AM) 0 FansN°:29
Very nice site!
Pharme515 En Juillet, 2015 (17:25 PM) 0 FansN°:30
Very nice site! [url=http://yieopxa2.com/yxyaaqx/2.html]cheap goods[/url]
Pharmc198 En Juillet, 2015 (23:50 PM) 0 FansN°:31
Very nice site! [url=http://aieopxy2.com/osovvrv/2.html]cheap goods[/url]
Pharmg509 En Juillet, 2015 (23:50 PM) 0 FansN°:32
Very nice site!

Ajouter un commentaire

 
 
Haj Malick NDOYE
Blog crée le 10/02/2012 Visité 137981 fois 31 Articles 3049 Commentaires 10 Abonnés

Posts recents
Dakar : une victoire à la Pyrrhus !
Nos inquiétudes au Président de la coalition Benno Bokk Yakaar
Dilemme de la demande sociale, face à la demande militante ! En cette veille d’élections !
La dénormalisation de l’impunité face à la stratégie de victimisation !
Parité ou pari politicien ? Et si le controversé Me Buzz avait raison ?
Commentaires recents
Les plus populaires